...ET LA LUMIERE BRILLA...PAR SON ABSENCE !

...ET LA LUMIERE...BRILLA PAR SON ABSENCE !

(IM)PREPARATION DU BUDGET 2017 :

Suite à la première réunion du 6 juin 2016, suivie d’un article « didactique » dans le Triel’infos de l’été (N° 138), sur la méthode promue par l’adjointe chargée des Finances, Madame TAGNE, il était annoncé dans un pavé (page 22) cette réunion publique de concertation du mercredi 28 septembre avec l’invitation suivante : « Consultez la présentation introductive sur…www.triel-sur-seine.fr/budget.html »

J’ai donc attendu, comme vous, la mise en ligne de ce « nouveau » document préparatoire…jusqu’au 28, date à laquelle je suis intervenu auprès de la Mairie pour signaler son absence – réparée dans la journée – mais reprenant  le contenu de la présentation du…6 juin ! (téléchargement recommandé !)

Faut-il se désoler d’un tel amateurisme ? Certainement, diront celles et ceux qui ont fait l’effort de consacrer la soirée, pendant trois heures, à une réflexion qui manquait de bases de comparaison, absences déjà soulignées en juin.

Hormis quelques précisions données sur la répartition comparée des dotations de fonctionnement entre trois communes : Andrésy, Verneuil et Triel…et sur l’impact budgétaire « net » de certains chapitres de dépenses, les Triellois sont restés sur leur faim !

Après deux heures d’attention soutenue, il paraissait utile de signaler que la présentation du contexte national souffrait d’une erreur évidente quant aux réductions de Dotation Globale de Fonctionnement (DGF), qui ne tenait pas compte de la « diminution de la baisse » accordée aux Maires réunis en congrès, par le Président de la République…

Il me fut alors répondu – avec la plus profonde mauvaise foi - que c’était normal car l’analyse concernait …2016 ! (alors que le graphique portait bien jusqu’en 2017 et le thème de cette réunion clairement orienté sur les projections à envisager pour 2017 !)

Plusieurs intervenants firent part de leur désarroi quant à la méthode – y en a-t-il réellement une ?- utilisée par la municipalité pour obtenir des avis, conseils, ou choix, sans donner tous les éléments propres à fonder une décision « éclairée »…

Au terme de cette nouvelle « opération de communication », l’indication fut donnée par l’adjointe et le nouveau Directeur Général des Services d’adresser toutes les suggestions par courriel à : concertations@triel.fr.

Ce sera fait pour le présent article assorti de propositions et vous êtes invités à en faire autant, si vous souhaitez aider les élus majoritaires à faire les bons choix (les minoritaires ne sont toujours pas invités à peser dans les décisions !).

La prochaine réunion est programmée pour Janvier 2017...

UNE PRESENTATION EN TROMPE L’ŒIL… POUR ENDORMIR LE LECTEUR !

Les participants à cette réunion, plus nombreux qu’en juin, ont eu droit à la même séance de « propagande », avec commentaires de graphiques établis de 2010 à 2016…ou 2017 !

Pourquoi 2010 ? Début de mandat ? Non, seulement une date plus judicieuse, bien ronde, et offrant l’avantage d’ « OUBLIER LES AUGMENTATIONS D’IMPOTS LOCAUX DE 2009 » !!! Il est vrai que les évolutions des dépenses « maîtrisées » mises en avant par la majorité municipale sont plus glamour en gommant ce détail !

Pour en savoir plus sur les véritables évolutions, vous pouvez consulter sur ce site l’analyse conduite sur les comptes administratifs de 2007 à 2015, en cliquant sur la rubrique FONCTIONNEMENT, sur le menu de la page d’accueil. (Sur le site internet de la ville, les archives municipales en ligne ne remontent qu’à 2012…)

PROJETS : TERRAIN DE FOOT SYNTHETIQUE…MAIS PAS DE MAISON MEDICALE !

Ce sujet brûlant, qui avait pourtant occupé une grande partie de la réunion de juin, était totalement absent  de cette « nouvelle » présentation ! C’en était trop pour une Trielloise qui n’a pas manqué de réclamer des informations…L’adjoint à l’urbanisme, M. POIROT, a donc été obligé de prendre la parole pour justifier les efforts déployés – personne n’en doute – pour convaincre les jeunes (ou moins jeunes) médecins à choisir Triel.

Le choix d’un espace de 700 m2 dans le futur îlot « Théâtre » étant susceptible d’être retardé par les recours (dixit l’adjoint), un plan B est appliqué avec la préemption de la propriété Zieutzius, rue du Pont et la négociation avec l’ancien Crédit Agricole voisin…

Les échanges furent nourris, avec une proposition jugée iconoclaste de transformation de l’ancienne caserne des Pompiers – idée pourtant intéressante – et diverses expériences évoquées, en Seine et Marne ou au sud de Paris, avec l’exemple d’une ancienne doctoresse trielloise qui exerce maintenant dans des locaux « provisoires » type Algéco…

L’information fut donnée que les 36 professionnels de Santé triellois se sont constitués en association et qu’une étude a été réalisée par la ville en partenariat avec l’ARS sur la définition des besoins et les pistes de réflexion. J’ai demandé à ce que cette étude soit rendue publique. Sous réserve de l’accord des médecins, il semblerait que cela soit possible…A SUIVRE !

Une seule certitude : IL FAUT VITE SE BOUGER POUR NE PAS CONNAITRE LE DESERT MEDICAL !

CENTRE COMMERCIAL DECK 78 : AVIS DEFAVORABLE DU COMMISSAIRE ENQUETEUR !

L’enquête publique Loi sur l’Eau a fait l’objet, comme beaucoup l’espéraient, d’un avis DEFAVORABLE du commissaire-enquêteur : c’est une réelle bonne nouvelle, avec la forte mise en avant d’un principe de précaution OBLIGATOIRE en matière de santé publique, et le rappel sans ambigüité du principe POLUEUR-PAYEUR.

Pour en savoir plus, suivre le lien http://www.yvelines.gouv.fr/Publications/Enquêtes-publiques/Eau et retrouver l’avis téléchargeable à la fin du catalogue des enquêtes en cours dans le département.

MODIFICATIONS DU PLU : EXPRIMEZ VOS DESSACCORDS !

Ne manquez pas l’enquête publique ouverte jusqu’au 19 octobre. Le dossier d’enquête est consultable en Mairie et son contenu est en ligne à l’adresse suivante :http://www.triel-sur-seine/Urbanisme/Plan-Local-d-Urbanisme/Modification.

Les sujets ne sont pas anodins : Modification du règlement et création d’une nouvelle sous-zone pour le Secteur de PISSEFONTAINE, proposition qui semble vouloir répondre à la contestation et aux recours portés par les habitants et leur association « Préservons PISSEFONTAINE ».

Mais aussi, création de trois secteurs d’ETUDES qui gèleront l’urbanisation pendant 5 ans au maximum, temps prévu par la loi pour élaborer un projet cohérent.

Cela concerne le secteur de l’ancienne Maison de Retraite, aujourd’hui momentanément réquisitionnée pour accueillir les réfugiés demandeurs d’asile et l’ancienne Ecole Charles Dupuis devenue Maison des Associations (tiens, tiens, le Maire n’avait-il pas dit et écrit que cette construction faisait partie du « Patrimoine à protéger » de la Commune ?)

Les deux autres îlots impactés par cette réflexion sont, d’une part, le quadrilatère du Garage Bagros, de la rue du Pont à la cour de l’école Jules Verne et de la Seine au parking derrière la mairie et, d’autre part, celui de l’Hôtel de la Marine jusqu’au parking Senet et de la Seine jusqu’à la Pharmacie du marché inclue !

Il y a lieu d’être particulièrement attentif à ces projets, si l’on en juge par l’impact de l’immeuble PROMOGIM en cours de construction dans le périmètre du 195 rue Paul Doumer, dont la commercialisation semble d’ailleurs bien laborieuse. La masse extrêmement compacte de cet ensemble ne passera pas inaperçue dans le quartier et les riverains chercheront certainement, mais malheureusement trop tard, l’accès au soleil !

Loin de « préserver le caractère du village que nous aimons tous » qui faisait l’argumentaire de la campagne électorale de M. Mancel, en 2008, puis en 2014, c’est bien à une entreprise de DEFIGURATION du cadre de vie triellois auquel nous assistons aujourd’hui.

Si vous ne partagez pas cet objectif de transformation effrénée de votre ville, dites clairement NON à la politique urbanistique de la municipalité. Si vous ne voulez pas voir disparaître à jamais le site pittoresque des bords de Seine et les témoins architecturaux de l’ancien bourg, FAITES OPPOSITION A CES PROJETS !

BONNE NOUVELLE : LE SERVICE DEVELOPPEMENT DURABLE EST NE ! (TRIEL’INFOS N°139, page 17)

Renseignement pris, il consiste en une personne présente une semaine sur deux ! C’est mieux que rien, mais cela va-t-il changer réellement la vie des Triellois ? Les économies d’énergie seront-elles totales pour tous les équipements communaux ? La flotte automobile sera-t-elle majoritairement électrique ? L’éclairage public sera-t-il à LED et à détection ? Les fuites du réseau d’eau potable seront-elles toutes réparées à temps ? L’Agenda 21 sera-t-il enfin élaboré avec les habitants…

Ne cachons pas notre joie ! et espérons que le grand nettoyage des berges de cet après-midi 1er octobre aura connu un grand succès !

Une requête toutefois : HALTE AUX DEJECTIONS CANINES QUI JONCHENT CHAQUE JOUR LES ABORDS DE L’ECOLE MATERNELLE RENE PION ! (et peut-être d’autres secteurs de la commune !)

QUELLE EST L’ACTION DE L’ADJOINT AU MAIRE CHARGE DE L’ENVIRONNEMENT SUR CE POINT ?

Un riverain excédé doit être remercié pour sa campagne de sensibilisation récente où l’on pouvait lire sur ses affichettes : « CE N’EST PAS LE CHIEN QUI EST SALE, C’EST LE MAITRE ». C’est totalement vrai.

Mais, c’est aussi la responsabilité de la municipalité de faire respecter les arrêtés municipaux par ses agents (il n’y a pas que le stationnement qui mérite contraventions…)

COMMUNAUTE URBAINE GRAND PARIS SEINE & OISE : UNE IMAGE TRES NEGATIVE

Le Président TAUTOU a dû entendre siffler ses oreilles! L’accent a été mis sur la fameuse taxe de 3,5 % votée en 2014 pour financer (partiellement) l’acquisition du siège de la CA2RS (immeuble GKN à Carrières-sous-Poissy). Cette taxe, du fait de l’intégration de la communauté d’agglomération dans la nouvelle CU, devait faire l’objet d’une « neutralisation » financière et être imputée en 2016 à la taxe foncière communale, soit une « augmentation » de 3,5 % d’un côté et une suppression équivalente de l’autre, dans la colonne « Intercommunalité » de notre feuille d’impôts. Triel, comme six autres communes, a refusé cette décision communautaire et porté la contre-valeur de la mesure, soit 600.000 euros, en réserve ! L’affaire ne devrait pas manquer de faire jurisprudence !

Le rapport de force semble toujours effectif et les maires « frondeurs » menacés d’exclusion du groupe politique majoritaire ! DU RIFIFI A LA CU !

Egalement, le maire a déclaré – en réunion publique ! – que la CU n’était pas opérationnelle et que 50 % du personnel avait quitté le navire depuis sa création ! Même si le propos a, éventuellement, dépassé la réalité, cela n’est pas fait pour nous rassurer…sur l’efficacité de notre intercommunalité !

Pour information, j’ai cherché à contacter par courriel certains élus et services de la CU, sans succès ! Il m’a été répondu de passer OBLIGATOIREMENT par la commune ! C’est donc le chien qui se mord la queue…

Triel-sur-Seine, le 1er octobre 2016.

A SUIVRE…