...UNE VILLE QUI S'ENFONCE !

 

TRIEL, UNE VILLE QUI BOUGE…

Peut-être, mais aussi UNE VILLE QUI S’ENFONCE !

15 décembre 2015

L’année 2015 se termine encore plus mal qu’elle n’avait commencé. Après les attentats de janvier, ceux de novembre ont plongé le pays dans une grande tristesse et la peur s’est emparée d’une partie significative de la population, nourrie par la pression des réfugiés  et dans une moindre mesure par les effets du changement climatique.

Le croisement des calendriers nous amène aujourd’hui, pour les élections régionales, à connaître une abstention record, une poussée historique du parti d’extrême droite et un délitement navrant des différents autres partis politiques. Quant à la société civile, elle a bien du mal à mobiliser, en ces temps d’état d’urgence, même si les outils de communication permettent des « pétitions » toujours plus impressionnantes…

Et Triel-sur-Seine dans tout cela ? Dans mon article du mois de mars, je posai la question de la réelle activité de l’année écoulée et des résultats constatés au Compte Administratif 2014 ?

LE CONSTAT EST DECEVANT :

LES DEPENSES REELLES DE FONCTIONNEMENT augmentent de plus de 400.000 euros, réparties par moitié entre Charges de personnel et charges de Gestion courante pendant que les RECETTES DE FONCTIONNEMENT ne gagnent que 300.000 euros. Les IMPOTS et TAXES poursuivent leur progression, malgré le tassement des droits de mutation.

En INVESTISSEMENT, les effets de l’élection municipale sont impressionnants : l’année est quasiment perdue et les immobilisations sont divisées par 3 ! Et bien évidemment, aucun emprunt n’est mobilisé.

Le 2 avril 2015, le Conseil Municipal décide également de l’affectation des résultats 2014 :

L’exercice se solde par un excédent de fonctionnement de 402.000 euros, ce qui porte le résultat cumulé en fonctionnement à 3,480 millions.

Il permet de financer le résultat global déficitaire de la section d’investissement (- 446.000 euros) et les restes à réaliser de 2014 (1.450.000 euros), soit au total 1.896 KE.

Le résultat de fonctionnement cumulé retombe donc au début de l’exercice 2015 à 1.584.000 euros, faute d’une réelle politique de recherche de subventions et d’un recours raisonnable à l’emprunt, dont les taux n’ont jamais été aussi attractifs !

 

LES IMPOTS LOCAUX S’ENVOLENT ! + 8,5 % !

Avec une augmentation du taux des taxes locales (HABITATION et FONCIERE BATIE) de 8,5 %, les taux triellois poursuivent une ascension entamée en 2009  (+ 9 %) et la pression fiscale devient telle que de nombreux habitants quittent la commune ou songent très sérieusement à le faire ! Les arguments avancés par la municipalité ne résistent pas à une analyse sérieuse. En effet, les différentes raisons invoquées (Loi SRU, baisse des dotations, mutualisation) sont partagées par toutes les communes et la synthèse récente livrée par l’association des Petites Villes de France (3.000  à 20.000 habitants) montre que 75% d’entre-elles n’ont pas augmenté leurs taux de taxes !

Une autre politique est donc possible : réduire les frais de fonctionnement, maintenir l’épargne brute et augmenter les investissements en les finançant raisonnablement par l’emprunt.

BUDGET 2015

L’impact des hausses d’impôts se traduit par près de 600.000 euros de recettes supplémentaires, permettant une évolution marquée des frais de personnel (+ 250 KE) et un prélèvement pour financement des investissements porté à + 1.800 KE.

On ne peut qu’être interpellé par le niveau de ces investissements qui atteint 3.700.000 euros (restes à réaliser de 1.450 KE inclus) et sont financés INTEGRALEMENT par l’excédent de fonctionnement cumulé de 1.896 KE et le virement de 1.824 KE provenant de la section de fonctionnement.

AUCUN RECOURS AUX SUBVENTIONS EXTERIEURES NI A L’EMPRUNT ! Cette politique est totalement irresponsable et continue de faire peser sur les habitants une pression insupportable ! L’exemple de la réalisation des quatre nouveaux tennis et du club-house est caricatural mais tristement réel. Et pourtant, dans le cadre d'un accord passé entre la Caisse des Dépôts et la Banque Européenne d'Investissement (BEI) une ligne de 2 milliards d'euros est dédiée au financement à des taux insignifiants ! Qu'attend-on pour engager la rénovation énergétique des équipements scolaires anciens ou la réalisation de cette Maison de l'Enfance qui doit remplacer la Halte-Garderie Pirouette, remontant à la création du quartier des Châtelaines ? 

BIENVENUE A TRIEL…TRIEL EST A VOUS…

Le dernier Triel’infos a vu sa sortie retardée pour cause de…. ? Aucune information dans le magazine mais ce n’est pas là l’essentiel. L’entrée sud a incontestablement été améliorée pour le bonheur des riverains et l’image de la ville. Toutefois, le silence autour des modalités de co-financement  amène à penser que là encore, la recherche de subventions n’a pas suffisamment fonctionnée.

CREATEURS EN SEINE

Chercher des solutions pour développer l’activité commerciale, on ne peut que souscrire ! Mais quel sera l’impact positif de ce nouveau lieu ? Le nombre de locaux libres dans la ville montre combien le commerce de proximité est fragilisé, encore plus à Triel qu’ailleurs, par les mauvaises conditions de circulation et de stationnement. Il faut mobiliser là encore d’autres moyens, avec l’appui de la Chambre de Commerce et bénéficier les modalités nouvelles du FISAC.

AGENDA 21

Enfin ! Petit retour en arrière : La compétence Agenda 21 avait été globalisée à la création de la communauté de communes en 2006 avec la compétence Environnement/Voirie. Puis chaque commune avait repris le sujet en charge après 2008. Triel-sur-Seine avait constitué une commission extra-municipale et puis…plus rien ! Juste une grande opération de communication aux vœux du Maire…

L’objet de la démarche est pourtant clair : Faire face aux enjeux futurs de notre ville en définissant des objectifs identifiables par tous les citoyens, et qui pourront en vérifier la réalisation ! Je suis assez surpris de la méthode utilisée, qui n’a pas mobilisé les citoyens, tant au plan du diagnostic que sur celui des objectifs. La seule sollicitation des associations « environnementales » était bien sûr nécessaire, mais pas forcément suffisante, comme l’a démontré récemment la mobilisation des populations pour la COP 21. Comment les citoyens pourraient-ils suivre la réalisation des objectifs s’ils ne sont pas suffisamment détaillés et si le calendrier n’est pas établi ?

Développement d’une offre harmonieuse de logements sociaux ou aidés dans le tissu urbain : Il s’agît là de la dispersion optimale de logements aux qualités architecturales et énergétiques répondant aux normes les plus exigeantes. Quelles sont les opérations programmées dans chaque quartier ? Quel calendrier ? Quels volumes ?

Promotion des déplacements doux, des transports collectifs et d’un plan global de circulation : Un programme en cours de réalisation ne peut pas être une réponse satisfaisante. Il serait bon pour les utilisateurs potentiels d’avoir des précisions sur les projets et le calendrier. Quant au Plan global de circulation, il est en chantier depuis…2008 ! Qu’attend-t-on pour hiérarchiser les voies, mettre en place les sens uniques et peut-être profiter de cette remise à plat de la circulation pour faire valoir auprès du Préfet l’inadéquation de la voirie trielloise avec le transit des poids lourds et des convois exceptionnels. Et pourquoi ne pas aider à la limitation de vitesse en agglomération en rétablissant la priorité à droite à chaque carrefour ?

Implantations de bornes de recharges électriques : Je me souviens avoir approuvé une délibération avant mars 2014 pour l’implantation d’une borne place Charles de Gaulle. Pourquoi tant de temps ?

Mise en place de la gestion différenciée des espaces verts et recours à des modes alternatifs de désherbage : C’est le seul point réellement visible et atteint. Comment le Président de la CA2RS peut-il justifier l’utilisation de produits réputés nocifs et interdits à l’horizon fin 2016 ?

Sauvegarde des espaces naturels et agricoles : C’est très bien d’avoir adhéré à la Chartre de développement des activités agricoles et forestières ainsi qu’à la préservation de zones naturelles et agricoles dans le cadre du PLU, mais ne perdons pas de vue que les zones agricoles sont plus que menacées dans le cadre de la future ZAC des Basins-Feucherêts, bien au-delà de ce que souhaitent les agriculteurs et les organismes dédiés.

Mise en route d’une charte pour la forêt de l’Hautil : Cette proposition légitime est portée depuis plus d’un mandat par l’association BIEN VIVRE A L’HAUTIL ; La route semble bien longue…L’opportunité offerte par la SAFER d’’acquérir de nombreuses parcelles dans le massif devrait permettre d’accélérer au moins la remise en service de certains chemins de liaison entre le hameau et le centre-ville, et cela en toute sécurité.

Amélioration de l’efficacité énergétique des bâtiments communaux : Cette étude énergétique était certainement bienvenue et en ligne avec les nouvelles normes. Il serait intéressant d’en mettre ses conclusions à disposition de la population et d’en assurer un suivi précis.

Etude et développement de chaudières-bois, de la géothermie et d’un réseau de chaleur : Là aussi, l’étude intéresse les triellois, sachant que l’utilisation de la chaleur attachée à l’eau potable forée dans la nappe de l’Albien pourrait être une piste…

Développement de l’aide aux économies d’énergie : C’est là la piste la plus intéressante pour aider les triellois à prendre leur part dans cette démarche absolument indispensable et porteuse à la fois d’emplois et d’économies financières. « Une balade thermique sera organisée en décembre » ? Quelle date ? Où s’inscrire ?

Perspectives : Le catalogue non exhaustif est trop flou pour susciter un quelconque intérêt. Ne peut-on être plus précis ?

Notons qu’une commission extra-municipale est à l’œuvre. Souhaitons qu’elle puisse faire évoluer ce processus, au-delà de la communication, vers des actions concrètes bénéfiques pour la collectivité dans son ensemble.

ATTENTATS ET ETAT D’URGENCE

Le 13 novembre, la France a été attaquée par un groupe terroriste qui a semé la mort et la terreur, laissant sur son passage 130 morts et des centaines de blessés. A ma connaissance, aucun triellois touché dans sa chair, mais combien d’amis disparus dans cette tragédie qui fait écho à toutes ces autres victimes qui, par le monde, tombent sous les coups des ennemis de la liberté, de la démocratie, de la laïcité, de la paix ?

Face à tant d’intolérance, nous ne devons rien lâcher de nos valeurs de LIBERTE, d’EGALITE, de FRATERNITE.

Les interdictions préfectorales et l'état d'urgence ont certainement pesé en faveur de la non organisation d'un rassemblement de soutien aux victimes, à l'échelle de la ville. C'est regrettable, car la meilleure réponse à donner dans ce contexte, est bien évidemment de se montrer unis. 

ELECTIONS REGIONALES 2015 : A Triel, aussi, la part de l’abstention, très supérieure à celle enregistrée en Ile de France et le poids des votes pour le Front national, parti d’extrême droite, ne doivent pas laisser indifférent.

Quelle prise en compte par les élus ? Quelle incidence de la pression fiscale souvent dénoncée ? Quelle action d’accompagnement vis-à-vis des scolaires et des jeunes au sens large ?

Ne pas se poser ces questions, et surtout ne pas y répondre, chacun à son niveau, serait totalement irresponsable…

 

A bientôt…