...ET MAISON DE RETRAITE...

AMNESIE, MYOPIE OU HYPOCRISIE DE NOTRE MUNICIPALITE ?

Mardi 17 mars 2015

 

Le dernier Triel’infos N° 133 de mars/avril consacre largement ses colonnes aux finances, à travers l’édito du Maire et un article explicatif du Débat d’Orientations Budgétaires (DOB).

 

Notre maire semble appeler de ses vœux une meilleure coopération des communes constituant l’agglomération. Très bien ! Mais pourquoi poser ces questions dans un magazine alors qu’il faut convaincre ses pairs d’aller dans le sens des économies d’échelle qui sont le fondement de l’intercommunalité ? N’est-ce pas le rôle primordial d’un vice-président ? Et cet inventaire à la Prévert est-il réellement le fruit d’une réflexion ? On peut en douter, car certaines propositions du premier magistrat sont des créations de postes : archives (qui sont aujourd’hui traitées par le Centre Interdépartemental de Gestion), agents de prévention (qui ne sont souvent mis en place que dans les secteurs sensibles, notamment les transports collectifs), agent de développement du commerce (qui n’existe pas), bureau d’études (les communes et la CA2RS sont déjà adhérentes à l’AUDAS…), ou bien constituent de nouvelles compétences à transférer, comme les services « supports » : développement informatique, pôle juridique et financier… Enfin, les services à la population « sociaux » sont aussi d’autres compétences, existantes celles-là, mais difficiles à mettre en œuvre de façon centralisée, car très dépendantes des relations sociales locales (maintien à domicile, assistantes maternelles…) Quant à la police municipale, elle apparaît ici curieusement, alors que celle-ci ressort exclusivement des pouvoirs de police du Maire…

 

Concernant le budget 2015 et les économies évaluées à 400.000 euros, elles peuvent très aisément être complétées par une très légère ponction sur l’épargne constituée depuis six ans après l’augmentation des taux de 10 % en 2009, puis de 1% en 2010 et 2011 ! Il n’est en effet pas « obligatoire » d’augmenter une nouvelle fois les taux comme l’affirme le Maire, mais tout simplement de prélever 200.000 euros sur les 600.000 ponctionnés chaque année dans la poche des contribuables triellois !

 

(En effet, le montant de la ligne IMPOTS ET TAXES communal a augmenté de 28,9 % entre 2007 et 2013 ! et cela, M. le Maire ne peut pas le contester !)

 

Au Compte Administratif 2013, l’excédent de fonctionnement cumulé constaté à fin 2012 était très précisément de TROIS MILLIONS NEUF CENT VINGT SEPT MILLE EUROS ! Parfaitement suffisant donc pour financer les quelques investissements indispensables à la vie quotidienne des administrés… Ne pas utiliser ce matelas d’ « épargne forcée » est parfaitement coupable, car il appartient à tous les triellois qui, depuis 2009, ont alimenté le budget de la ville…

 

De combien sera le nouvel excédent de fonctionnement cumulé ? Nous le saurons le 2 avril avec la présentation du Compte Administratif 2014…gageons que la « cagnotte » n’aura pas disparue !

 

Dans son argumentation (voir le mot du Maire, p 12), Joël Mancel se défend de « n’avoir d’autre alternative que d’activer le levier fiscal…(car) l’ampleur du défi qui est posé à l’ensemble des communes est telle qu’il est impossible de procéder différemment ».

 

NON, M. le Maire, il n’est pas obligatoire d’augmenter les taux des taxes locales, même si « Ce n’est que de 1,5 point (p 3) – car cela ne fera pas 1,5% d’augmentation, mais bien 2,4 % avec la revalorisation forfaitaire des bases de 0,9 % décidée par l’Etat,

 

OUI, M. le Maire, les triellois en ont assez d’alimenter les caisses pour toujours plus de dépenses et toujours moins d’investissements pour l’amélioration du quotidien et pour l’avenir,

 

OUI, M. le Maire, on peut parfaitement maintenir les taux, ou mieux les baisser, pour redonner du pouvoir d’achat aux contribuables triellois : il suffit pour cela d’aller un tout petit peu plus loin dans la rigueur de la gestion des deniers publics et de financer les investissements « indispensables » par un juste recours à l’emprunt, en bénéficiant de taux extrêmement attractifs.

 

TRIEL-SUR-SEINE peut faire comme les autres communes qui ont décidé de ne pas augmenter les taux : c’est moins facile, mais c’est plus responsable !

 

 

 

CONCERNANT la Maison de Retraite des Tilleuls…une réalité regrettable… (p.9)

 

Je ne suis pas le seul triellois « impliqué » à être profondément choqué par le contenu de cet article qui concentre toutes les hypocrisies, car enfin :

 

  • Ce qui est bien plus que « regrettable », c’est l’ABANDON EN 2008 par Joël Mancel et son équipe du projet d’extension qui était déposé, validé et financé par le Conseil Général, consistant, dans le cadre d’un appel à projets, et qui permettait la réutilisation de l’ancienne école Charles Dupuis, avec création de deux unités Alzheimer (18 lits), un parking souterrain sous la cour et réhabilitation du bâtiment de 1972 ! Au lieu de cela, la nouvelle municipalité arbitra pour une Maison des Associations mal placée, sans stationnement suffisant, et une salle dédiée à l’école de Danse faisant double emploi avec les installations existantes au COSEC !  

  • Ce qui est  « regrettable » c’est surtout le comportement du maire et de la municipalité de 2013 qui s’est ABSTENU face à la proposition de fusion, alors qu’il convenait de se mobiliser contre l’analyse de l’ARS et du CG78 et se battre – comme beaucoup d’autres élus ont su le faire – pour le maintien de cet équipement public indispensable ! En même temps que M. le Maire laissait la fusion se faire, il autorisait le transfert de 32 lits au profit des deux établissements de Vernouillet !

  • Ce qui est « regrettable », c’est l’argumentation outrancière sur « la réglementation  actuelle qui vise à accueillir les personnes dépendantes dans de bonnes conditions, en imposant soi la mise en conformité, soit la fermeture… » Comment ne pas réagir à cette affirmation qui ne sert qu’à cautionner l’absence d’action de nos représentants ! Comment imaginer la fermeture « administrative » d’un établissement parfaitement aux normes en termes de sécurité, mais ne présentant pas – seulement pour le tiers de sa capacité - la modernité d’un établissement récent, alors que d’innombrables EHPAD offrent des conditions de logement encore bien plus dégradées…

  • Ce qui est « pathétique », c’est la réflexion sur l’avenir de cette Maison… En dehors de l’effet de manche sur la sauvegarde « impérative » de la partie historique, que sont les réels projets de réhabilitation avec les professionnels de santé ? Depuis deux ans, le sort de l’établissement est scellé dans l’esprit du Maire, qui a toujours laisser-faire et admis la pertinence de la fermeture ! Quelles sont les options pour la réutilisation optimum de cet équipement ? Quels sont les partenaires prêts à investir là où le Conseil Général et l’ARS voulaient se retirer ?

  • Enfin, ce qui est « insupportable », c’est de lire « qu’aucune demande d’admission provenant d’habitants de Triel ou ses environs n’a été enregistrée… ». Tous les Triellois et les bénévoles qui s’intéressent au sort des résidents de la Maison de Retraite savent que plusieurs dossiers validés ont été « refusés » à l’admission, depuis l’automne dernier, et ils n’émanaient pas tous de services hospitaliers. Cela dit, comment imaginer que les demandes ne puissent pas venir de l’hôpital, alors que 58 % des personnes y finissent leur vie, contre 11 % en maison de retraite et 27 % à domicile ! (Constat de l’Observatoire national de la fin de vie). Comment refuser une admission en EHPAD alors que le maintien à domicile, tant vanté par notre municipalité, n’est plus possible ?

    Pour conclure – provisoirement – sur ce dossier, je pense utile de rappeler que de nombreux triellois sont et seront pénalisés à l’avenir par cette fermeture et que les membres du collectif que je représente poursuivent leur action juridique et de lanceurs d’alerte auprès du Ministère de la Santé. Moins de 20 résidents restent à « reclasser » et le combat semble perdu d’avance…Mais nous restons mobilisés pour la défense de cet établissement, de son personnel et de ses résidents.

     

    Jean-Pierre HOULLEMARE

    Maire honoraire

    Vice-Président des Amis de la Maison de Retraite « Les Tilleuls »