L'URBANISATION MAL MAITRISEE

COEUR DE VILLE, 95 RUE PAUL DOUMER

 

Vendredi 20 juin 2014,

Depuis deux mois, la mise en place de la nouvelle équipe municipale s’opère…Le budget 2014 a été voté le 24 avril et les commissions constituées le 5 mai. Le contenu des délégations aux adjoints et délégués met en évidence le déséquilibre flagrant entre les responsabilités confiées aux « anciens » et celles qui sont imparties aux nouvelles composantes de la liste majoritaire…Il est permis de s’interroger sur le bien-fondé d’une délégation donnée à la 1ère adjointe pour « les relations avec la CA2RS », alors que les délégués communautaires ont pour la première fois été « fléchés » lors des élections de mars 2014 ? A quoi servent-ils, si les relations sont centralisées par une seule personne ?

Le Triel’infos N° 129 de Mai-Juin 2014 annonce la couleur : « Une équipe renouvelée à l’écoute des Triellois » et l’édito du Maire affiche (sans rire) « un vote clair et incontestable » qui sonne bien faux, compte tenu du faible écart de 34 voix et du recours formé au Tribunal administratif…Mais allons au-delà de ces affirmations pour prendre connaissance du programme de la nouvelle équipe majoritaire, exposé en pages 14/15 sous le titre : Les principaux projets qui répondent aux Triellois.

Réhabiliter le cœur de ville : L’îlot du Théâtre, qualifié de projet audacieux, sera la construction de logements de la Poste actuelle jusqu’aux parkings des berges de Seine, le 95 rue Paul Doumer deviendrait une résidence de 85 logements – nous y reviendrons – et la rue du Pont et le garage Bagros seront aussi laissés aux promoteurs pour y construire des résidences. Enfin le renouveau du commerce de proximité est annoncé, grâce à une nouvelle signalétique…alors que pendant ce temps, le projet Deck 78 recueille le 20 mai un avis favorable du Commissaire-Enquêteur qui, non sans humour, recommande au promoteur/pétitionnaire de « …bien prendre en compte la nécessité d’établir un centre réellement complémentaire au commerce existant. » Le Maire de Triel a-t-il bien pris la mesure de l’impact d’une nouvelle surface commerciale de 22.000 m2 et de 90 nouvelles boutiques sur le tissu traditionnel triellois ?

Conduire une politique du logement : Pour avoir été le conseiller municipal délégué au logement il y a plus de 20 ans, je peux témoigner que les accords avec les collecteurs et bailleurs et le service municipal du logement existaient au sein du Centre d’Accueil Social...Il est vrai que le précédent mandat n’a pas été marqué par la réalisation de nombreux logements, et il faut maintenant rattraper le temps perdu et reconstruire un véritable outil au service des Triellois.

Améliorer la sécurité : La police municipale est souvent citée pour son manque d’effectifs opérationnels, par les élus. Des raisons de santé semblent expliquer cette situation. Faut-il recruter plus de policiers – le chiffre de 7 a été cité par l’adjoint responsable ? A l’échelle de Triel, un effectif de cinq semble plus raisonnable, à condition que la priorité soit au terrain et au profit d’une action de fond et de prévention, toujours plus efficace que la répression.

Développer les transports, avec l’appui de la CA2RS : Des liaisons douces vers le RER Eole et vers Cergy-Pontoise ??? Et le renforcement des lignes de transports publics dans Triel n’est pas cité ? M. le Maire n’est plus chargé des transports à la CA2RS, mais du développement économique…C’est donc vers le vice-président nouvellement investi sur les problématiques de mobilité qu’il faut maintenant se tourner.

Préserver votre cadre de vie et promouvoir le développement durable : Le chantier de l’entrée sud de Triel arrive enfin dans sa phase finale et c‘est une bonne nouvelle pour les riverains qui ne devraient plus avoir à subir les effets des intempéries et du stationnement anarchique. Quant à l’efficacité énergétique et à l’Agenda 21, on peut se demander pourquoi ces sujets, qui étaient au programme, n’ont pas été traités au dernier mandat ? Cela dit, la préservation du cadre de vie, n’est-ce-pas surtout l’attention portée à une urbanisation respectueuse du caractère de notre commune ?

Réaliser une Maison de la petite enfance : Les Triellois n’ont pas vu la réalisation des engagements de Triel Demain sur ce sujet depuis six ans. Le projet doit permettre de remplacer la structure Pirouette et de répondre à l’augmentation de la population et de la demande.

Développer le maintien à domicile des personnes âgées : Personne ne peut être contre le maintien à domicile des personnes âgées, mais cette politique ne doit pas être l’alternative à la fermeture d’une Maison de Retraite de 60 lits qui est liée à l’abandon du projet d’extension validé et financé en 2008 ! C'est ignorer les surcoûts qui incomberont aux familles pour faire appel aux opérateurs associatifs agréés, qu’ils soient aidants, EHPAD ou AREPA !

Moderniser les équipements sportifs et ouvrir de nouveaux espaces publics : Le regroupement des tennis est intéressant pour le club ... La réalisation d’un terrain synthétique et d’une tribune n’est pas en soi contestable…La réalisation du Planétarium par la CA2RS au Parc aux Etoiles – bien que différé dans le temps au dernier conseil communautaire – est un très beau projet pour ce Centre de Culture Scientifique unique en Yvelines…Mais attention : l’ouverture ou la transformation de nouveaux espaces publics excentrés ne doivent pas « justifier » l’aliénation d’un espace central et stratégique : celui du Parc municipal !

Bonne nouvelle : les réunions de quartier, que nous avions instaurées entre 2001 et 2008, et qui avaient totalement disparues depuis six ans, sont de retour. Elles ont eu le mérite de mettre en évidence les contradictions entre la politique « affichée » à grand renfort de communication et la réalité !

Mauvaise nouvelle : Le 10 juin, lors de la réunion du quartier « centre-ville », après la présentation des adjoints et conseillers ainsi que du programme (ci-dessus), c’était aux représentants de la société PROMOGIM de présenter le projet de réalisation d’un programme immobilier de 85 logements sur l’emprise du 95 rue Paul Doumer et de trois autres parcelles contigües ! 58 appartements en accession sociale (si nous avons bien compris) et 27 logements locatifs aidés. Et pour l’ensemble…70 parkings ! car il est bien connu que les locataires modestes n’ont pas d’automobile…comme d’ailleurs sans doute certains jeunes primo-accédants… !

Devant les réactions très négatives de la salle, sur l’impact environnemental de cet immeuble construit sur cinq niveaux : rez-de-chaussée, plus trois étages, plus combles, ainsi que sur les conséquences en termes de circulation (rue Trousseline !) et de sécurité, l’adjoint chargé de l’environnement et le Maire ont esquissé une demande timide de reconsidération du projet qui, rappelons-le, est conforme au Plan Local d’Urbanisme (PLU) approuvé en juillet 2013 !

Devant une telle agression du cadre de vie, seule une remise en cause de ce PLU, que nous avons combattu pendant toute son élaboration, permettra de revenir à la raison et de ne plus accepter, en cœur de ville et surtout à Pissefontaine, des modalités de densification proprement inacceptables !

Pour cela, il faut exiger de cette équipe une révision rapide du PLU, justifiée d’ailleurs par la prise en compte de la Loi Duflot. Pouvoir respecter en 2025 un  pourcentage de 25 % de logements sociaux, ce n’est pas forcement construire toujours plus de logements, c’est aussi transformer des logements existants en logements aidés, par la réhabilitation et le conventionnement.

L’équipe renouvelée saura-t-elle revenir sur une décision antérieure très lourde de conséquence ? La demande de M. le Maire aux responsables de PROMOGIM pour modifier leur projet pourtant commun et le rendre plus présentable aux yeux de la population n’est pas faite pour nous rassurer.

Une nouvelle fois, les intérêts des Triellois ne sont pas défendus.

A suivre…